Des espèces exotiques envahissantes dans les cours d’eau

De nombreuses espèces aquatiques venues d’ailleurs colonisent peu à peu les plans d’eau. On reproche à ces envahisseurs, arrivés sur notre territoire par les grandes voies de navigation, de nuire aux écosystèmes en place et de s’en prendre aux espèces indigènes, de façon quasi irréversible.

Quant elles sont transportées d’un plan d’eau à l’autre sans être nettoyées, les embarcations nautiques sont la principale cause de propagation d’espèces exotiques envahissantes aquatiques, dont font notamment partie le gobie à taches noires, la puce d’eau en hameçon et, plus près de chez nous, la myriophylle à épis et la moule zébrée.

Des pratiques préventives constituent toutefois le meilleur moyen d’éviter toute propagation. Par exemple, l’inspection minutieuse et le nettoyage d’une embarcation, avant de la transporter sur un autre plan d’eau, permet de réduire de 88 % les risques de propager une plante aquatique envahissante (source : Rothlisberger et al., Fisheries, Vol 35 No 3, March 2010).

Au même titre que la récupération des matières recyclables et organiques, la prise de précautions nécessaires pour éviter la propagation d’espèces exotiques envahissantes doit devenir un comportement de bon citoyen.

Pour connaître les précautions à prendre pour éviter la propagation par les embarcations nautiques d’espèces exotiques envahissantes aquatiques, consultez les Méthodes de prévention et de contrôle établies par le ministère de la Faune, des Forêts et des Parcs du Québec.

Comments are closed here.