Des plans d’aménagements à la disposition des propriétaires riverains

Saviez-vous que contrairement à une végétation abondante et diversifiée, un aménagement paysager conventionnel ne permet pas à la rive de remplir son rôle écologique? En revanche, des végétaux adaptés au milieu riverain maintiennent le sol en place grâce à leurs racines, en plus de servir de barrière naturelle en empêchant les polluants et la terre d’atteindre le cours d’eau lors de fortes pluies.

_8051583

Pour cette raison, la Ville de Sherbrooke encourage depuis plusieurs années les riverains à remettre à l’état naturel les rives de leur propriété. Cette année, pour aider les riverains dans ce processus, la Ville de Sherbrooke met à leur disposition des plans d’aménagements de végétaux adaptés à ce milieu fragile. Ces plans proposent exclusivement des espèces indigènes adaptées aux conditions particulières des rives, pour un résultat à la fois esthétique et naturel.

Trois plans de base sont proposés pour répondre aux trois scénarios suivants :

  1. Terrain en pente douce (moins de 30 %).
  2. Terrain en pente forte (plus de 30 %).
  3. Présence d’un mur de soutènement en bordure de l’eau.

Ces plans, qui proposent différents choix de végétaux, permettent aux riverains de personnaliser leur aménagement et sont conçus pour respecter les besoins des plantes. Par exemple, certains végétaux qui préfèrent avoir les « pieds dans l’eau » devront être plantés tout près de l’eau.

Vous souhaitez consultez ces plans d’aménagement? Visitez sherbrooke.ca/amenagementrives.

Quelques conseils pour réussir un aménagement riverain :

  • Cesser immédiatement la tonte du gazon dans la rive.
  • Une rive naturelle végétalisée devrait s’étendre sur une profondeur d’au moins 5 mètres à partir du rivage. Idéalement, on peut atteindre 10 mètres.*
  • Planter les végétaux directement dans la pelouse existante. Un désherbage limité autour des plants, équivalent à la largeur du pot, sera suffisant pour assurer leur survie.
  • Dans une rive naturelle, le paillis n’a pas sa place. En mettre uniquement autour du plant lors de la plantation.
  • Ne pas utiliser d’engrais. Les fertilisants nuisent à la qualité de l’eau et font proliférer les plantes aquatiques.
  • Une quantité minimale de compost peut être ajoutée sous le plant lors de la plantation.

Il est possible de conserver un accès au plan d’eau d’une largeur maximum de cinq mètres. Pour éviter des problèmes d’érosion, l’accès doit être aménagé en angle avec le rivage (angle maximal de 60 degrés). Si la pente de la rive est supérieure à 30 %, seul un sentier étroit ou un escalier sur pilotis est permis. Il doit être aménagé en biais avec la ligne du rivage. Attention! Un accès à l’eau n’est pas une rampe de mise à l’eau : il est interdit de l’aménager comme une voie carrossable.

* Pour une pente forte (> 30 %), on suggère de planter les 7,5 mètres, idéalement 15 mètres.

Comments are closed here.