La patrouille verte : faire une différence, un geste à la fois

patrouille verte equipe

Carolanne Tremblay et Isabelle René.

Dès 7 heures le matin, ils se réunissent et préparent la journée qui s’annonce chargée. Plan de la ville, itinéraire papier, brochures, dépliants, accroche-portes, dossards, gants… Ils doivent être parés à toutes éventualités. Ils sont motivés et enthousiastes, malgré les différentes difficultés qu’ils devront rencontrer : pluie, froid ou chaleur accablante; un moindre mal, selon eux, pour avoir la chance de travailler « sur le terrain » avec les citoyens. Mais qui sont ces six étudiants qui ont décidé d’incarner la patrouille verte cet été? À quoi ressemble leur emploi du temps? Qu’est-ce qui les motive? Nous sommes allés à leur rencontre pour en apprendre davantage.

Les patrouilleurs viennent de différents horizons. Certains ont grandi à Sherbrooke, d’autres sont venus ici pour les études. Ils sont étudiants en éducation, en environnement, en écologie ou en adaptation scolaire. Cependant, une chose bien ancrée les rassemble : un intérêt marqué pour la préservation de l’environnement. Ils nous racontent que la vie d’adulte les a menés à prendre conscience des conséquences que chacun de leur choix quotidien engendre sur l’environnement. De plus, avec les messages véhiculés dans la société sur les changements climatiques et la dégradation de la biodiversité, ils ont commencé à se demander ce qu’ils pouvaient faire pour changer les choses. « Il y a une certaine fierté de faire partie du mouvement pour préserver l’environnement déjà bien établi à Sherbrooke avec les initiatives de la Ville et de l’Université de Sherbrooke », raconte une patrouilleuse.

Patrouille verte

Carolanne Tremblay, Audrey Hamel-Bouchard, Jonathan Thibault, la coordonnatrice de la patrouille verte, Marie-Pier Lussier, Isabelle René, Tommy Lamoureux et Amélie Beaudoin.

Ces jeunes ne sont toutefois pas naïfs. Ils ont d’ailleurs mentionné que leur plus grand défi serait de changer la mentalité des citoyens rencontrés. Ils savent pertinemment que ceux qui font encore usage de mauvaises pratiques ne sont pas pour autant mal intentionnés. La patrouille n’est pas là pour porter des jugements, nous disent-ils, seulement pour informer et pour guider les gens à travers un changement de pratiques et de culture. Ils sont conscients que ce seront des petits gestes qui, tous ensemble, pourront faire une différence s’ils perdurent dans le temps.

D’ailleurs, lorsque nous leur avons demandé quel était leur plus grand souhait pour l’été, ils semblaient unanimes : laisser une marque positive auprès des citoyens, leur apprendre de nouvelles notions et établir un lien favorable qui assurera la crédibilité et la pérennité du projet à travers les années.

UNE JOURNÉE DANS LA PEAU D’UN PATROUILLEUR

Tri des matières résiduelles
La patrouille vérifie le contenu des bacs roulants les semaines où les trois bacs sont en bordure de rue dans les différents quartiers de la ville. Soit par des rencontres en personne soit par de la documentation laissée à l’intention de l’occupant, elle sensibilise et informe les citoyens sur les bonnes pratiques du tri de matières résiduelles.

Tri matieres residuelles

Entretien écologique de la pelouse et pesticides
La patrouille sillonne la Ville pour rencontrer et pour informer les citoyens sur l’entretien d’une pelouse en santé. Elle informe les citoyens des secteurs infestés par le scarabée japonais et les limaces géantes sur les manières écologiques de se débarrasser de ces envahisseurs. Elle veille également au respect de la règlementation sur l’utilisation extérieure de pesticides.

Pesticides

Protection et remise à l’état naturel des bandes riveraines
Les patrouilleurs informent et sensibilisent les riverains à l’importance des bandes riveraines saines. Ils font également la promotion des modèles de plans d’aménagement, la visite des parcs municipaux pour sensibiliser les employés responsables de la tonte et font l’installation d’affichettes « Bande riveraine au travail ».

bandes riveraines
Utilisation extérieure de l’eau potable
Bien au fait de la règlementation sur l’utilisation extérieure de l’eau potable, ils ont le mandat de rencontrer les citoyens de porte en porte dans les nouveaux quartiers, particulièrement en période de chaleur intense, pour sensibiliser à l’économie de l’eau potable. Ce sont d’ailleurs les patrouilleurs qui vont vérifier sur le terrain lors de réception de plaintes.

eau potable