La Ville de Sherbrooke lance la démarche en vue de l’adoption d’un Plan de développement de la zone agricole

La Ville de Sherbrooke entame le processus qui mènera à l’adoption, au printemps 2018, d’un Plan de développement de la zone agricole (PDZA). Cette démarche vise à mettre en valeur la zone agricole de la ville de Sherbrooke, en identifiant d’abord le portrait de la région, pour ensuite établir des enjeux, une vision ainsi qu’un plan d’action, en concertation avec les acteurs du milieu.

« À terme, ce plan de développement de la zone agricole nous permettra d’identifier les actions prioritaires à mettre de l’avant pour maximiser le développement des activités agricoles. Pour ce faire, la participation de tous les intervenants du milieu agricole est nécessaire », explique la présidente de l’arrondissement de Brompton et présidente du comité consultatif agricole, Mme Nicole Bergeron.

Plus particulièrement, le PDZA vise à mettre en valeur les entreprises agricoles et leurs produits régionaux tout en favorisant la diversification des productions agricoles et leur mise en marché.

Cette mobilisation du milieu agricole s’amorcera avec une première rencontre avec les agriculteurs de la région, ce qui permettra d’enrichir le portrait de la région qui servira de base à toutes les discussions futures. « Lorsque ce portrait sera validé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), nous pourrons établir un diagnostic et réfléchir à un plan d’action avec les intervenants du milieu à l’occasion d’un grand forum, plus tard cet automne », souligne Mme Bergeron.

Une version finale du plan d’action sera ensuite approuvée par le MAPAQ. Puis, le PDZA sera soumis aux élus de Sherbrooke pour adoption.Les citoyens qui désirent obtenir davantage d’information sur le PDZA peuvent suivre la démarche et consulter la documentation disponible sur sherbrooke.ca/pdza.

L’élaboration du PDZA est soutenue financièrement par Cultivons l’avenir 2, un accord bilatéral des gouvernements du Canada et du Québec. De plus, la Ville de Sherbrooke peut compter dans sa démarche sur la collaboration du MAPAQ de l’Estrie, de l’UPA-Estrie, du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT), de l’Agence de la mise en valeur de la forêt privée de l’Estrie, de Pro-Gestion Estrie, du Syndicat UPA-Val St-François et Sherbrooke, de Tourisme Estrie et des membres du comité consultatif agricole (CCA).

Comments are closed here.