La Ville de Sherbrooke présente ses attentes au gouvernement fédéral

Dans le cadre des consultations prébudgétaires 2016 amorcées par le ministre des Finances, l’honorable Bill Morneau, la Ville de Sherbrooke a été invitée, par l’honorable Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie, à présenter, ce samedi, sa vision et les principes suggérés pour orienter le financement des infrastructures publiques.

De façon générale, quatre grands principes ont été évoqués, soit le rééquilibre des programmes d’infrastructure, l’autonomie municipale, la reconnaissance des villes de tailles moyennes et la capacité de payer des municipalités.

La Ville de Sherbrooke en a aussi profité pour mettre en lumière les quatre secteurs d’intervention qu’elle souhaite développer davantage au cours des prochaines années et qui pourraient bénéficier d’un soutien du gouvernement fédéral. Il s’agit de la revitalisation du centre-ville, la promotion de l’entrepreneuriat, la diminution des gaz à effet de serre et l’amélioration de la qualité de l’eau.

Plus spécifiquement, la Ville de Sherbrooke a indiqué qu’il serait souhaitable que des fonds additionnels soient injectés dans le programme de la taxe sur l’essence et qu’un futur programme d’infrastructure puisse financer des travaux effectués en régie plutôt qu’exclusivement des travaux effectués par des entrepreneurs externes, ce qui facilitera le contrôle sur les coûts et la préservation de l’expertise. Il a également été demandé qu’un éventuel programme réserve aussi des sommes aux villes de taille moyenne et aux petites communautés. De plus, la Ville de Sherbrooke fait sienne la proposition du caucus des grandes villes de la Fédération canadienne des municipalités qui propose que la contribution financière des villes aux projets n’excède pas 10 % du coût total, tandis que le gouvernement fédéral contribuerait à la hauteur de 50 % et que les divers gouvernements provinciaux injecteraient 40 % du total des coûts des projets. Par ailleurs, un programme fédéral pour la décontamination des terrains, particulièrement ceux des centres-villes, en faciliterait la valorisation. Enfin, il a été mentionné que des moyens seraient nécessaires pour favoriser l’utilisation et le développement des aéroports régionaux.

« Il est important de noter que, la plupart du temps, les grandes villes canadiennes obtiennent la part du lion des subventions fédérales et provinciales pour le transport en commun, le logement social et les infrastructures, ne laissant que des miettes aux villes de taille moyenne et aux petites communautés. Il est donc primordial pour nous de prendre le temps de bien exposer nos besoins et de mettre de l’avant nos compétences pour réussir à offrir un juste service à notre population », explique M. Serge Paquin, président du comité exécutif de la Ville de Sherbrooke.

Comments are closed here.