La Ville de Sherbrooke présente son portrait des activités et de la zone agricole

Dans le cadre du Plan de développement de la zone agricole (PDZA), la Ville de Sherbrooke présente aujourd’hui son portrait des activités et de la zone agricole.

Parmi les faits saillants de ce portrait, nous remarquons que le couvert forestier occupe 50 % et la zone agricole représente 37 % du territoire de la Ville de Sherbrooke. Il est constaté également que 7 % de la zone agricole est dédiée à des terres en friche. En 2015, la production laitière constituait la principale source de revenu des agriculteurs. Quant à la production végétale, elle est dominée par les céréales et les protéagineux. Notons toutefois que la culture des fruits a connu une augmentation de 282 % entre 2010 et 2015 et que les cultures de légumes sont peu présentes.

En 2015, une trentaine de fermes génèrent des revenus de plus de 50 000 $, une autre trentaine possède des revenus situés entre 5 000 $ et 50 000 $. Au total, 71 producteurs agricoles sont actifs sur le territoire.

On a observé une baisse du nombre des entreprises agricoles de 28 % entre 1993 et 2015 à Sherbrooke. Cette diminution représente presque le triple de celle connue pour l’Estrie (10 %).

On constate aussi que l’âge moyen des agriculteurs sherbrookois est 48,3 ans. Il s’agit du plus bas de toute la région. L’âge moyen de la relève est quant à lui le même pour la ville de Sherbrooke et pour l’Estrie, soit 33 ans.

La relève agricole de Sherbrooke est davantage scolarisée que celle de l’Estrie, ce qui laisse entrevoir de belles perspectives pour l’avenir.

« C’est fort de ces constatations que nous continuerons d’avancer dans l’élaboration d’un PDZA qui sera à l’image de nos préoccupations et de notre vision. », affirme Mme Nicole Bergeron, conseillère municipale et présidente du comité consultatif agricole.

Transformation, distribution et mise en marché

En 2012, Sherbrooke accueille sur son territoire 28 entreprises de transformation agroalimentaire, ce qui représente le quart des transformateurs estriens. Actuellement, 15 % d’entre eux présentent un chiffre d’affaires supérieur à 5 M$ et ces activités assurent 485 emplois.

C’est aussi à Sherbrooke que l’on recense le plus grand nombre de commerces de détail alimentaires (235) et le plus grand nombre d’établissements de restauration (513) dans la région en 2013.

« Le rôle du Plan de développement de la zone agricole (PDZA) est de favoriser l’occupation dynamique de la zone agricole, la mise en valeur des entreprises agricoles et la diversification des productions », dit Lyne Dansereau, urbaniste-coordonnatrice à la Ville de Sherbrooke.

Forum sur la zone agricole

À la suite de ces constatations, le comité du PDZA aura à déterminer les orientations et les objectifs à favoriser pour assurer le plein développement de la zone agricole.

Pour y parvenir, le comité invite les acteurs du milieu à participer à un forum sur le sujet le 28 septembre prochain au vignoble « La halte des pèlerins ». Les acteurs du milieu seront appelés à réfléchir à la vision et aux pistes d’action porteuses pour l’avenir de la zone et des activités agricoles. Ils seront invités à prendre part à sa mise en œuvre.

Pour consulter le portrait de la zone agricole, visitez sherbrooke.ca/pdza.

De gauche à droite – Mme Nicole Bergeron, conseillère municipale et présidente du comité consultatif agricole, M. Martin Paré, conseiller en développement bioalimentaire régional au MAPAQ et Mme Lyne Dansereau, urbaniste-coordonnatrice à la Ville de Sherbrooke.

 

Aucun commentaire
Partager
Share on FacebookTweet about this on Twitter

Laissez un commentaire

La Ville se garde le droit de modérer les commentaires. Un délai de 24 h est requis avant l’affichage du commentaire.