L’agrile du frêne maintenant présent sur le territoire sherbrookois

Sherbrooke est dorénavant touchée par l’agrile du frêne. Des analyses effectuées par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) viennent de confirmer la présence de cet insecte ravageur sur le territoire sherbrookois. Arrivé d’Asie au début des années 2000, cet insecte s’attaque à toutes les essences de frênes et cause leur mort en quelques années seulement.

Récemment interpellées par un citoyen de l’arrondissement Rock–Forest–St-Élie–Deauville, les équipes d’arboriculture de la Ville de Sherbrooke sont allées examiner l’état d’un frêne sur un terrain privé. L’arbre présentait des signes apparents de la présence de l’agrile du frêne sous l’écorce. À la suite du signalement, l’ACIA a confirmé l’infestation du frêne par l’insecte déjà présent dans plusieurs régions du Québec.

Plan d’action de la Ville de Sherbrooke

La Ville de Sherbrooke se prépare depuis près de trois ans à l’arrivée imminente de l’agrile du frêne. Les citoyens pouvaient déjà avoir accès à une foule de renseignements sur le sujet à sherbrooke.ca/agrile. Le plan d’action sera maintenant mis en œuvre.

Les premières présences de l’insecte ont été confirmées sur la rue Cayer et dans le parc Antonio-Barette de l’arrondissement Rock–Forest–St–Élie–Deauville. Une quantité encore non déterminée de frênes sont déjà touchés, autant sur des terrains publics que sur des terrains privés. « Nous avons déjà répertorié les frênes qui appartiennent à la Ville. Il importe maintenant de connaître la présence et l’emplacement des frênes plantés sur les terrains privés », explique le chef de la Division des parcs et espaces verts, M. Yves Tremblay.

Pour ce faire, les citoyens peuvent se rendre directement sur la carte interactive à l’adresse cartes.ville.sherbrooke.qc.ca/agriledufrene et remplir le formulaire en ligne. Un tutoriel explique le fonctionnement de la carte interactive. D’un seul coup d’œil, il sera plus facile de repérer chaque frêne sur le territoire.

« Pour l’instant, l’agrile du frêne clairement identifié est concentré dans le secteur de Rock Forest. Si nous voulons freiner la propagation et sauver les arbres grâce au traitement au biopesticide, il faudra une grande collaboration de la population. L’insecte se propage naturellement dans un rayon de dix kilomètres, et encore plus rapidement par le déplacement du bois d’un endroit à l’autre », a indiqué M. Tremblay.

Une série de critères ont été déterminés pour procéder au traitement ou à l’abattage des arbres atteints. Avant d’aller plus loin, le conseil municipal devra adopter un amendement au règlement général de la ville afin d’autoriser les mesures prévues.

« L’agrile du frêne est en hibernation. Le plan d’action de la Ville de Sherbrooke est applicable dès maintenant pour la collecte d’informations et les autres actions s’effectueront d’ici le printemps 2018 », a conclu M. Tremblay.

La population est invitée à remplir le formulaire à l’adresse cartes.ville.sherbrooke.qc.ca/agriledufrene pour faire connaître l’emplacement d’un frêne. Les citoyens peuvent aussi adresser leurs questions à l’adresse courriel agrile@ville.sherbrooke.qc.ca et visiter le site sherbrooke.ca/agrile pour en savoir plus sur cet insecte.

Enfin, l’Agence canadienne d’inspection des aliments suggère également d’en apprendre davantage sur les risques de transporter du bois de chauffage en visitant le site suivant : www.inspection.gc.ca/boisdechauffage.