Le comité tags et graffitis de la Ville de Sherbrooke dévoile son plan d’action

La présidente du comité tags et graffitis de la Ville de Sherbrooke, Mme Chantal L’Espérance, accompagnée notamment de M. le maire Bernard Sévigny et du directeur du Service de police de Sherbrooke (SPS), M. Gaétan Labbé, a présenté, en conférence de presse hier matin, les orientations et interventions contenues dans le plan d’action permettant de mieux encadrer et contrôler la présence des graffitis sur le territoire.

« Les tags et les graffitis sont devenus une problématique importante à Sherbrooke. Ils détériorent l’environnement, occasionnent des coûts élevés de nettoyage, augmentent le sentiment d’insécurité de la population et nuisent à l’image de la Ville. Cependant, nous comptons sur la créativité de nos jeunes graffiteurs pour changer cette image! », a lancé Chantal L’Espérance.

Le conseil municipal a donc mis sur pied, il y a un an, un comité dont le mandat était d’analyser la situation et de proposer des actions pour, sinon contrer le phénomène, à tout le moins mieux le contrôler. Ce comité, composé d’élus, de citoyens et de représentants de la Ville, d’organismes et d’institutions, a conçu un plan d’action pour les deux prochaines années, que le conseil municipal a adopté en assemblée publique hier soir, lundi 6 février 2012.

« Il en coûte au bas mot 100 000 $ annuellement à la Ville de Sherbrooke pour nettoyer les tags et les graffitis sur ses édifices et équipements municipaux. En plus, tout le monde est touché, aussi bien les commerces que d’autres organisations, comme les commissions scolaires, le ministère des Transport, Postes Canada et bien d’autres. Il est temps d’agir de toutes les façons possibles », a expliqué Bernard Sévigny, en précisant que plus d’une centaine de plaintes étaient déposées chaque année au SPS à ce sujet.

Plan d’action 2012-2013
Le plan d’action proposé s’inscrit dans l’esprit de la Politique de développement social et communautaire de la Ville de Sherbrooke et il appartiendra à la Division de la sécurité des milieux, appuyée par le comité tags et graffitis, de s’assurer de sa réalisation.

Outre la collecte d’informations sur la situation actuelle, le plan prévoit notamment une campagne de sensibilisation auprès de la population de manière à favoriser le respect du bien commun ainsi que l’aménagement d’endroits précis qui deviendront des sites d’œuvres permanentes. Le comité suggère également l’organisation de concours de graffitis lors d’événements populaires.

Enfin, le Service de police de Sherbrooke mettra tout en œuvre pour contrer les tags et les graffitis indésirables en affectant des forces policières à la surveillance de ce type de méfaits punissable par la loi. « Notre message doit être clair : oui aux œuvres d’art, non au vandalisme », a conclu Mme Chantal L’Espérance.

Comments are closed here.