Nouveau protocole d’entente pour l’équipe mobile d’interventions psychosociales

La Ville de Sherbrooke a autorisé le renouvellement du protocole d’entente avec le CIUSSS de l’Estrie – CHUS concernant l’équipe mobile d’interventions psychosociales (ÉMIP). Cette fois-ci, le protocole sera d’une durée de cinq ans, rendant ainsi permanent le travail de cette équipe dédiée aux interventions auprès de personnes en situation de crise ou perturbées mentalement. Cette équipe, composée de policiers du SPS et d’intervenants psychosociaux du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, a préalablement bénéficié d’un projet-pilote d’une durée de deux ans.

Composée de douze policiers et de quatre intervenants du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, l’ÉMIP est en devoir sur le territoire sherbrookois les mercredis, les jeudis et les vendredis, entre 16 h 30 et 23 heures. Leurs interventions visent à éviter les interventions physiques en misant sur des stratégies cliniques adaptées préconisant l’utilisation du réseau de la personne ou des ressources appropriées (urgence, ressources communautaires, urgence-détresse, CLSC). Le travail de ces intervenants consiste à éviter le statu quo habituellement rencontré lors des interventions auprès des personnes en crise ou à l’état mental perturbé, soit l’emprisonnement ou l’hospitalisation.

Au cours des 16 derniers mois, l’ÉMIP a patrouillé le territoire pendant 165 jours et est intervenu dans 295 situations. Considérant que les policiers ont dû faire face à plus de 1 500 interventions en santé mentale pendant la même période, le Service de police de Sherbrooke recommande que le nombre de soirées de disponibilité de l’ÉMIP soit éventuellement augmenté.

Les conclusions d’une étude sur l’impact de l’ÉMIP seront présentées d’ici la fin de l’année. Financée par la Fondation Vitae, cette étude a été réalisée par une équipe de chercheurs provenant de l’UQTR, de l’Université de Sherbrooke, de l’Université de Montréal et de l’Université Laval et est dirigée par Marjolaine Landry, chercheure à l’Institut universitaire de première ligne en santé et services sociaux (IUPLSSS) du CIUSSS de l’Estrie – CHUS et professeure en sciences infirmières à l’UQTR.

Aucun commentaire
Partager
Share on FacebookTweet about this on Twitter

Laissez un commentaire

La Ville se garde le droit de modérer les commentaires. Un délai de 24 h est requis avant l’affichage du commentaire.