Pas de décision en faveur du Syndicat, soutient la Ville de Sherbrooke

Contrairement à ce qui a été véhiculé dans certains médias par le délégué syndical des cols blancs, la Ville de Sherbrooke tient à préciser qu’aucune décision n’a donné raison au Syndicat des fonctionnaires municipaux et professionnels de la Ville de Sherbrooke concernant les affiches apposées sur les murs intérieurs des édifices municipaux.

Il s’agit plutôt d’une entente hors cour, prise de bonne foi par les parties, et conclue sans aucune admission ni précédent envers la Ville ou le Syndicat.

Ce compromis a été fait en raison, notamment, du contexte particulier de la négociation pour le renouvellement de la convention collective des cols blancs, laquelle se déroule très bien, selon la Ville de Sherbrooke.

L’entente prévoit que l’affichage soit limité à quatre semaines et que les affiches soient retirées par le Syndicat, au plus tard le 18 novembre prochain. Elle prévoit aussi qu’aucune affiche ne soit apposée au troisième étage de l’hôtel de Ville et que tous les dommages causés à la suite de leur retrait seront, le cas échéant, compensés par le Syndicat.

La Ville de Sherbrooke n’a jamais renoncé à ses prétentions juridiques et estime toujours que la liberté d’expression syndicale ne doit pas se réaliser au détriment de son droit de propriété.

La Ville de Sherbrooke n’émettra aucun autre commentaire concernant l’entente conclue avec le Syndicat.

Aucun commentaire
Partager
Share on FacebookTweet about this on Twitter

Laissez un commentaire

La Ville se garde le droit de modérer les commentaires. Un délai de 24 h est requis avant l’affichage du commentaire.