Plusieurs bilans environnementaux déposés au conseil municipal

Plusieurs bilans environnementaux ont été déposés aux membres du conseil municipal de la Ville de Sherbrooke, soit ceux de la qualité de l’eau des rivières Magog et Saint-François, de la qualité bactériologique des plages municipales ainsi que de la gestion des installations septiques.

La qualité de l’eau des rivières Magog et Saint-François se maintient

En 2017, la qualité de l’eau des rivières Magog et Saint-François a été similaire aux années précédentes.

La qualité de l’eau de la rivière Magog a presque toujours été de classe A (bonne) ou B (satisfaisante), que ce soit en temps sec ou en temps de pluie. Seul un faible pourcentage des échantillons a dépassé les normes de baignade en ce qui a trait à la présence de coliformes fécaux. Les résultats 2017 démontrent néanmoins qu’il est possible de pratiquer des activités de contact secondaire (canot, kayak, etc.) de façon sécuritaire en tout temps sur la rivière Magog. Rappelons qu’un autre rapport, également déposé au conseil municipal, démontre que la qualité de l’eau du lac des Nations s’est nettement améliorée depuis deux ans.

Les égouts domestiques raccordés illicitement dans les égouts pluviaux peuvent, entre autres, expliquer la concentration élevée de coliformes fécaux dans la rivière par temps sec. Pas moins de 33 raccordements illégaux ont été corrigés l’an dernier et les efforts de recherche et de correction seront maintenus en 2018.

Quant à l’eau de la rivière Saint-François, en 2017, sa qualité a varié de la classe B (satisfaisante) à C (douteuse) en temps sec. Elle a oscillé entre les classes B (satisfaisante) et D (mauvaise) en temps de pluie. Conséquemment, il n’est pas toujours possible de pratiquer des activités de contact secondaire de façon sécuritaire. Il est préférable, en temps de pluie, de privilégier la rivière Magog pour les activités de canotage.

De bons résultats pour les plages municipales

L’an dernier, les plages Lucien-Blanchard et celle du parc de la Plage-Municipale (secteur de Deauville) ont connu de bons résultats. Aucune cote D n’a été obtenue et le nombre de jours de fermeture préventive en raison des pluies abondantes a été comparable aux années précédentes, soit 16 pour la plage du parc Lucien-Blanchard. Quant à la plage du parc de la Plage-Municipale, elle a été fermée une seule fois en raison de la présence de cyanobactéries.

La procédure d’échantillonnage sera maintenue en 2018 et les actions, notamment pour éloigner les oiseaux aquatiques, se poursuivront pour améliorer la qualité de l’eau des deux plages. La Ville de Sherbrooke demande d’ailleurs à la population d’éviter de nourrir les oiseaux aquatiques.

Des installations septiques sous surveillance

Comme par les années passées, environ la moitié des fosses septiques du territoire sherbrookois a été vidangée par la Ville de Sherbrooke en 2017. Sur 2621 installations septiques, 77 ont été identifiées comme présentant un rejet potentiel à l’environnement. De ce nombre, seulement neuf installations avaient un rejet réel à l’environnement. À la fin de la saison, incluant les résultats de la caractérisation environnementale visant d’autres installations septiques, une dizaine de cas ont été corrigés et seulement trois cas demeurent en suivi.

« Ces bilans démontrent clairement que la Ville de Sherbrooke agit sur plusieurs fronts pour protéger nos cours d’eau. La qualité de l’eau est un sujet qui me tient à cœur et je suis fier des efforts concertés et de l’excellent travail de nos équipes », a déclaré le maire de Sherbrooke, M. Steve Lussier.

Aucun commentaire
Partager

Laissez un commentaire

La Ville se garde le droit de modérer les commentaires. Un délai de 24 h est requis avant l’affichage du commentaire.