Plusieurs dossiers environnementaux présentés aux élus

Le conseil municipal de la Ville de Sherbrooke a pris connaissance de plusieurs dossiers liés à l’environnement, et plus spécifiquement des actions du plan directeur de l’eau (PDE) du bassin versant de la rivière Magog, lors d’une rencontre du comité plénier ouvert au public. La qualité de l’eau, la gestion des dépôts de neige usée et la gestion des installations septiques ont été abordées.

Le plan directeur de l’eau du bassin versant de la rivière Magog a été adopté en 2011, en partenariat avec le Conseil de gouvernance de l’eau des bassins versants de la rivière Saint François (COGESAF), la Ville de Magog et la MRC de Memphrémagog. Cet important outil de planification comporte près de 70 actions. Celles-ci visent à améliorer la qualité de l’eau et des écosystèmes tout en augmentant le potentiel récréotouristique de l’eau.

Plusieurs suivis sont réalisés chaque année pour vérifier l’impact des actions et la progression vers l’atteinte des objectifs. Cinq ans après l’adoption du PDE, une révision s’avère nécessaire, notamment pour intégrer de nouvelles actions qui ont vu le jour ces dernières années. On pense entre autres au plan d’adaptation aux changements climatiques et à la lutte contre les plantes envahissantes. Cette révision est également l’occasion, pour les municipalités partenaires, d’échanger sur leurs actions respectives et de s’inspirer d’actions réalisées ailleurs afin de les appliquer au bassin versant de la rivière Magog.

La qualité de l’eau des rivières Magog et Saint-François demeure stable

Au cours des dix dernières années, la qualité de l’eau des rivières Magog et Saint-François est demeurée stable malgré le développement urbain qui s’est poursuivi dans le bassin versant. En 2015, la qualité de l’eau de la rivière Magog a été qualifiée de bonne à satisfaisante. Quant à la qualité de la rivière Saint-François, elle a varié de satisfaisante à mauvaise et cette dégradation a été plus marquée en temps de pluie.

Sur une période beaucoup plus longue de 35 ans, on constate une diminution des concentrations en phosphore dans la rivière Saint-François. Cette amélioration s’explique notamment par la mise en service de la station d’épuration des eaux usées de Sherbrooke, en 1991. Les modifications apportées à la station d’épuration de Rock Forest, en 2005 et en 2006, ont également eu une incidence positive sur la qualité de l’eau de la rivière Magog.

Des cotes A et B pour les deux plages municipales

Le plan d’action pour améliorer la qualité de l’eau des plages municipales donne des résultats très encourageants. En 2015, la plage du parc de la Plage-Municipale (secteur Deauville) a affiché une excellente qualité bactériologique avec une moyenne de A. Quant à l’eau de la plage Lucien-Blanchard, elle s’est montrée de bonne qualité avec une moyenne de B. Lors des jours d’ouverture échantillonnés, aucune cote D n’a été obtenue. Les nombreuses actions pour contrôler les oiseaux aquatiques (effarouchement avec un chien, barrière en filet, clôture végétalisée) portent leurs fruits.

En 2016, la Ville de Sherbrooke maintiendra un suivi constant de ses deux plages. Les échantillonnages continueront d’être effectués deux fois par semaine pour la plage du secteur Deauville et trois fois par semaine pour la plage Lucien-Blanchard. Pour la plage Lucien-Blanchard, la procédure de fermeture préventive en période de forte pluie sera maintenue.

Suivi des dépôts à neige : des résultats satisfaisants

Annuellement, la Ville de Sherbrooke doit procéder à un suivi des eaux de fonte et de ruissellement de certains de ses dépôts à neige, soit ceux qui possèdent un lien hydrologique de surface avec un cours d’eau. Elle doit également inspecter et entretenir les six dépôts à neige utilisés sur son territoire.

Dans l’ensemble, les résultats du suivi réalisé en 2015 sont satisfaisants. Quelques légers dépassements aux normes en vigueur ont néanmoins été mesurés. Ces dépassements sont, pour la plupart, attribuables à la rigueur de l’hiver 2014-2015.

Suivi des installations septiques : des résultats satisfaisants

Enfin, en 2015, la Ville de Sherbrooke a procédé à la vidange de 2554 fosses septiques. Contrairement aux pratiques en vigueur par le passé, une vidange sélective a été effectuée. Elle consiste à pomper les eaux usées puis à retourner les liquides dans la fosse au terme de la vidange, ce qui favorise la reprise des activités microbiennes. Cette nouvelle méthode nécessite moins de transport, ce qui limite les émissions de gaz à effet de serre et a donc une répercussion positive sur l’environnement.

Sur 2554 fosses septiques vidangées, 5 % ont été identifiées comme ayant un rejet potentiel à l’environnement. Ces cas ont été transmis à un inspecteur en bâtiment pour statuer sur la conformité des installations septiques et sur les actions correctrices à apporter, si nécessaire. À ce jour, plus de la moitié des cas transmis ont été traités par l’inspecteur.

Tous ces bilans montrent que la Ville de Sherbrooke a à cœur l’environnement et poursuit ses efforts pour offrir une meilleure qualité de l’eau à ses citoyens.

Comments are closed here.