Semaine canadienne de l’eau et Journée mondiale de l’eau

Le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ) invite les citoyens à célébrer la Semaine canadienne de l’eau qui se déroule du 18 au 24 mars et la Journée mondiale de l’eau, fêtée le 22 mars, en prenant cinq résolutions simples pour protéger la qualité de cette richesse québécoise aussi abondante que fragile.

1. Mettre un terme à son obsession de la pelouse parfaite
Pour obtenir un tapis vert parfait correspondant au standard nord-américain, il faut recourir à des techniques d’entretien qui ont des répercussions néfastes sur l’environnement. Une pelouse durable composée de plusieurs espèces comme le trèfle et le plantain résiste aux mieux insectes, aux mauvaises herbes et aux maladies et nécessite moins d’engrais. De plus, le système racinaire développé des graminées à gazon permet aussi une absorption très élevée des éléments nutritifs comme le phosphore et l’azote, ce qui réduit la contamination des plans d’eau.

2. Utiliser des produits nettoyants naturels
Les produits nettoyants naturels peuvent facilement être remplacés par des produits plus doux pour l’environnement comme le bicarbonate de soude, le jus de citron, le vinaigre blanc, le sel et la fécule de maïs. En plus d’être moins dommageable pour nos ressources en eau, l’utilisation de ces produits courants amène la réalisation d’économies substantielles…

3. Contrôler le ruissellement de son terrain
Lorsque les eaux pluviales ruissellent sur des surfaces imperméables, elles se chargent de polluants et rejoignent les cours d’eau avant d’avoir été naturellement filtrées par les végétaux et les micro-organismes du sol. Pour contrôler le ruissellement de son terrain, il suffit d’installer des barils récupérateurs d’eau de pluie, d’aménager des plates-bandes et des jardins de pluie, de laisser pousser la végétation sur le bord des fossés et de privilégier des surfaces perméables comme du gravier homogène ou du béton poreux plutôt que de l’asphalte pour recouvrir la surface de son stationnement et de ses allées.

4. Aménager ou préserver sa bande riveraine
Une bande riveraine est une bande de végétation naturelle qui borde un plan d’eau et qui permet notamment de filtrer les polluants, d’absorber les nutriments qui nourrissent les algues bleu-vert et de réduire le ruissellement. Deux options sont offertes aux propriétaires riverains pour créer une bande riveraine. La première consiste à cesser de tondre la partie du terrain qui longe un cours d’eau en respectant les normes établies par les municipalités. La deuxième est la renaturalisation qui demande aux propriétaires de mettre la main à la pâte en plantant herbes, arbustes et arbres natifs de la région dans la bande riveraine.

5- Se renseigner sur les bonnes pratiques à adopter pour entretenir son terrain
En 2012, le ROBVQ a réédité le document intitulé Fiches sur l’aménagement et l’entretien des propriétés résidentielles. Il est disponible sur le site du ROBVQ au www.robvq.qc.ca.

Source : Union des municipalités du Québec

Comments are closed here.