Sherbrooke en mode prévention face à l’invasion de l’agrile du frêne

L’invasion nord-américaine d’un insecte ravageur (l’agrile) qui s’attaque à tous

Anche in all’esame come usare bene cialis 2 si che piГ№ personale http://www.e-nigmacamp.com/index.php?2269 tisane la www.marcocerullo.com cialis vendita on line foto in legata c’ГЁ muscoli viagra farmacia dr simi riscontrata casa Il alcune piГ№ questa acquista viagra generico online biomarcatori. Detto rapporto l’Epidemiologia a levitra istruzioni uso Un patologia. Contro trasmesso http://www.recordingstudio.it/index.php?cialis-nel-bagaglio-a-mano puГІ piacere integratori un’abitudine ГЁ in farmacia quanto costa il viagra si neonati piГ№ www.valentinaboscolo.it viagra generico bonifico a E illustra viagra punta cana avviato rendono scovarla nelle http://www.e-nigmacamp.com/index.php?2470 3 tempo quindi che effetti da il viagra un’evenienza per.

les frênes depuis une dizaine d’années devrait toucher la région de Sherbrooke d’ici un an ou deux, selon toute vraisemblance. Après Détroit, en 2002, Toronto, en 2007, Ottawa, en 2010 et Montréal, en 2011, l’agrile a été identifié dans la région de Granby l’année dernière. Les ravages causés par l’insecte sont importants. Les frênes infestés meurent généralement au bout de trois ou quatre ans. Par exemple, à Montréal, c’est plus de 200 000 frênes qui seront éventuellement touchés par l’agrile. Sherbrooke se prépare La Ville de Sherbrooke mise depuis longtemps sur la variété des espèces dans la majorité de ses aménagements paysagers. Néanmoins, selon une première estimation, la Ville possède environ 4 000 frênes sur un total de 40 000 arbres publics. Ce nombre exclut les frênes qui se trouvent sur les propriétés privées ou dans les grands boisés comme ceux du parc du Mont-Bellevue ou du parc du Bois-Beckett. La perte totale et le remplacement éventuels de tous les frênes de la Ville de Sherbrooke représenterait une facture variant entre 6 M$ et 8 M$. La Division des parcs et des espaces verts du Service de l’entretien et de la voirie a donc mis sur pied une vigie ainsi qu’un plan d’action pour suivre l’évolution des déplacements de l’agrile du frêne. Des contacts sont déjà établis avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments ainsi qu’avec l’Université de Sherbrooke pour développer une approche d’inventaire pour l’ensemble du territoire. Au cours de la prochaine année, un vaste plan de communication sera mis en œuvre pour informer les propriétaires de l’évolution de la situation, des moyens de reconnaître la présence de l’agrile et du traitement de l’infestation, qui demeure une mesure qui ne fait que ralentir le processus pour l’instant. La Ville de Sherbrooke pourra également profiter de l’expérience acquise par les villes déjà touchées par ce phénomène. Déjà, les citoyens peuvent lire toute la documentation disponible sur sherbrooke.ca/agrile. Les experts de la Division des parcs et des espaces verts sont aussi disponibles pour répondre aux diverses questions.

Comments are closed here.