Un chien de soutien aux victimes joint les rangs du Service de police de Sherbrooke

Le Service de police de Sherbrooke est extrêmement fier de présenter aujourd’hui sa toute nouvelle recrue. Le SPS accueille dans ses rangs Kanak, un chien de soutien qui viendra en aide aux jeunes victimes d’abus physiques et sexuels lors des étapes du processus judiciaire. Il s’agit d’une première au Québec pour un service de police.

L’arrivée de Kanak, un labrador âgé d’un an et demi, est le fruit d’une longue démarche amorcée par la détective Mélanie Bédard.

« Depuis plus de 25 ans, les services de police américains ont recours aux chiens pour accompagner, réconforter et soutenir les jeunes victimes d’abus physiques et sexuels, notamment lors de leur témoignage en cour. Cette pratique aide les victimes à calmer leur anxiété et allège grandement le processus judiciaire. Quelques services de police du reste du Canada se sont dotés d’un tel chien depuis 2010, mais, à notre connaissance, nous sommes les premiers à le faire au Québec », affirme Mme Bédard, qui agira comme maître-chien avec deux de ses collègues.

Le SPS a pu concrétiser ce beau projet grâce à l’implication, à la formation et à l’amour mis de l’avant par la fondation Mira. Celle-ci fournit le chien, donne la formation et assure un suivi aux maîtres-chiens.

« Chaque jour, le Service de police de Sherbrooke se fait un devoir d’offrir des services de qualité aux Sherbrookois. Nous tentons d’être constamment à l’avant-garde et c’est ce que nous faisons encore aujourd’hui grâce à ce nouveau projet », souligne pour sa part le directeur adjoint du SPS, M. Danny McConnell.

Les chiens sont utilisés depuis longtemps pour accompagner les personnes non voyantes et, plus récemment, les enfants autistes ou les personnes vivant avec un choc post-traumatique. Le recours à un chien de soutien pour accompagner les victimes lors du processus judiciaire est moins connu.

Aux États-Unis, plus de 70 chiens sont accrédités pour accompagner les victimes lors de leur témoignage à la cour, comparativement à seulement 13 chiens au Canada.

Selon un article du Code criminel, un juge peut ordonner qu’une personne de confiance choisie par le témoin soit présente aux côtés de ce dernier s’il est d’avis que cela est nécessaire pour obtenir du témoin un récit complet et franc. Le recours à cette mesure d’accommodement est prévu pour les mineurs et les personnes vulnérables. Dans le cas présent, la personne de confiance sera le responsable du chien, accompagné de celui-ci.

Le chien de soutien aux victimes pourra être utilisé dans toutes les étapes du processus judiciaire :

  • À la suite d’un événement traumatisant pour l’enfant, le policier pourra lui présenter le chien, si la situation le permet. Ceci aura pour effet de réconforter l’enfant, de créer un lien de confiance avec lui et avec le policier. Le chien créera aussi une diversion de l’événement traumatisant.
  • Lors de l’entrevue avec l’enquêteur, l’utilisation du chien permettra d’apaiser la victime et de créer un lien de confiance plus rapidement entre celle-ci et l’enquêteur. L’entrevue sera ainsi facilitée et de plus grande qualité.
  • Lors de la rencontre avec le procureur de la Couronne, le chien accompagnera la victime. Celle-ci se sentira rassurée par le chien. La victime sera donc plus à l’aise de témoigner dans un environnement austère et devant des inconnus qu’elle pourrait trouver intimidants à première vue.
  • Lors du procès, le chien accompagnera à nouveau la victime devant le tribunal. Ainsi apaisée, la victime pourra offrir le récit le plus complet et sincère possible lors de son témoignage. Pendant les pauses, le chien servira de diversion à la cause du stress chez la victime, en plus de lui procurer un sentiment de sécurité face à son agresseur.

Dans le cadre de son travail, Kanak participera également à des missions communautaires visant à rapprocher le SPS de la population. Il accompagnera les policiers dans les écoles, les centres d’hébergement, les fêtes de quartier, les festivals, les collectes de sang, etc. Kanak pourrait également être utilisé sur les lieux d’événements traumatisants, si nécessaire.

Kanak, un chien de soutien aux jeunes victimes d’abus physiques et sexuels, est la toute nouvelle recrue du Service de police de Sherbrooke.

Kanak, un chien de soutien aux jeunes victimes d’abus physiques et sexuels, est la toute nouvelle recrue du Service de police de Sherbrooke.