Une démarche concertée pour améliorer la qualité de l’eau du lac des Nations

Le conseil municipal a pris connaissance du bilan du suivi de la qualité de l’eau du lac des Nations. Il s’agit d’une démarche unique qui regroupe plusieurs intervenants de la Ville de Sherbrooke, de l’école de ski nautique Jean-Perrault, de la Direction de la Santé publique (DSP) et du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC).

Les élus ont convenu de maintenir le programme de surveillance estivale, incluant une suspension des activités nautiques dans le lac des Nations, en se basant sur les résultats d’analyses bactériologiques et sur la fermeture préventive de la plage Lucien-Blanchard. Des améliorations seront apportées pour tenir compte des connaissances acquises en 2016.

La suspension des activités vise à prévenir l’exposition des skieurs nautiques à une contamination bactériologique parfois élevée des eaux du lac des Nations. Cette procédure a été mise en place l’été dernier, et ce, en partenariat avec la DSP et le MDDELCC.

L’été dernier, les activités de ski nautique ont été suspendues à 12 reprises, en raison d’une cote D, majoritairement par temps sec. Le ski nautique fait partie des activités de contact primaire au même titre que la baignade. Une cote D entraîne donc la suspension des activités de ski nautique.

L’analyse des résultats a mis en évidence que le secteur ouest du lac (près du pavillon Armand-Nadeau) est plus contaminé que le secteur est (près du marché de la Gare). Ainsi, bien qu’une cote D ait été obtenue pour 21 des 37 jours échantillonnés l’été dernier, il a été possible de maintenir les activités de ski nautique certains jours en utilisant un parcours de rechange, permettant ainsi d’éviter le secteur plus contaminé.

Par ailleurs, les résultats obtenus en temps sec dans la rivière en amont du lac des Nations laissent deviner la présence d’un rejet d’eaux usées entre la plage Lucien-Blanchard et l’entrée du lac des Nations. Un plan d’action a été déposé pour poursuivre prioritairement les recherches sur le terrain afin de localiser les sources de contamination bactériologique et de corriger la situation. Parallèlement, la DSP poursuivra la collecte de données pour évaluer le degré d’exposition à l’eau des usagers de l’école de ski nautique.

Malgré que l’échantillonnage régulier et la procédure de suspension des activités de l’école de ski nautique Jean-Perrault entraînent des répercussions financières et organisationnelles pour cette dernière, l’ensemble de cette démarche demeure positif. Elle vise à fournir une eau de qualité pour assurer le maintien des activités à long terme sur la rivière Magog et au lac des Nations. Les connaissances acquises à Sherbrooke pourraient aider d’autres municipalités qui offrent aussi des activités de ski nautique en milieu urbain.

Aucun commentaire
Partager
Share on FacebookTweet about this on Twitter

Laissez un commentaire

La Ville se garde le droit de modérer les commentaires. Un délai de 24 h est requis avant l’affichage du commentaire.