Une oeuvre murale permanente sur la cheminée d’équilibre de la centrale des Abénaquis

Le comité tags et graffitis de la Ville de Sherbrooke est heureux d’annoncer la création d’une nouvelle œuvre murale permanente sur la cheminée d’équilibre de la centrale des Abénaquis, bien visible à partir du pont Gilbert-Hyatt de la rue Dufferin, au centre-ville de Sherbrooke.

Le projet retenu a été sélectionné par un jury parmi huit propositions reçues dans le cadre d’un appel de candidatures. L’œuvre sera réalisée par deux artistes graffiteurs en juillet prochain. Elle abordera le sujet de l’importance de l’hydroélectricité et des rivières dans le développement de Sherbrooke. La murale occupera environ les deux tiers de la circonférence de la cheminée d’équilibre et aura une hauteur de 4 mètres.

« La création d’une œuvre sur cette tour d’eau d’Hydro-Sherbrooke embellira le sentier de la gorge de la rivière Magog et améliorera l’expérience de promenade des citoyens et des touristes », souligne Mme Chantal L’Espérance, conseillère municipale et présidente du comité tags et graffitis.

Cette structure était régulièrement recouverte de tags et de graffitis illégaux. La réalisation d’une œuvre permanente à cet endroit vise à diminuer les méfaits et à favoriser le respect des biens publics. « Grâce aux différents projets que notre comité a organisés ou appuyés au cours des dernières années, nous sommes à même de constater que les œuvres légales d’artistes graffiteurs sont rarement vandalisées, car elles sont généralement respectées par les gens de ce milieu », explique Mme L’Espérance.

Le comité tags et graffitis a été créé en 2011 afin d’encourager le graffiti légal et, par le fait même, d’embellir certains secteurs de Sherbrooke tout en améliorant la vie de quartier et en réduisant les méfaits.

« Nos efforts donnent des résultats concluants. Depuis la création du comité, le nombre de plaintes liées aux tags et aux graffitis illégaux a chuté. De plus, les bâtiments municipaux sont moins la cible de tags et de graffitis », souligne la capitaine Guylaine Perron, de la Division de la sécurité des milieux du Service de police de Sherbrooke.

D’autres projets de graffitis à venir sur le territoire sherbrookois

Le comité tags et graffitis a également donné son aval à plusieurs autres projets qui seront réalisés cette année. L’activité « Happening d’art urbain » offrira une prestation d’art urbain devant public. Quant au projet « L’art de récupérer », il donnera l’occasion à cinq artistes de peindre des graffitis sur des cloches de vêtements de la compagnie Récupex. Une des œuvres sera exposée devant la boutique d’économie sociale T.A.F.I. et cie durant l’événement Bouffe ton centro.

En septembre, les 14 colonnes du pont Joffre seront ornées de graffitis. L’art du graffiti sera aussi à l’honneur lors du festival Bohémia, au parc Victoria. Trois structures permettront aux artistes d’y exposer leurs œuvres et de les mettre en vente. Une zone sera par ailleurs disponible pour les festivaliers qui souhaiteront créer des œuvres.

Le projet « L’art t’appelle! », qui consiste à peindre sur des pelles de chenillettes à trottoir, se tiendra aussi l’automne prochain, et ce, pour une quatrième année.

À noter également le retour du projet « Mamie Graffitis », qui permettra de créer deux murales permanentes sur des murs extérieurs de la Résidence Murray, en collaboration avec des jeunes graffiteurs et des personnes âgées. L’ancienne murale du tunnel qui relie le stationnement de la Cigarerie au marché de la Gare sera aussi remplacée par une nouvelle.

Lors de la rentrée scolaire, une œuvre murale avec personnages géants provenant de contes sera dévoilée à l’école Marie-Reine afin de susciter l’intérêt de la lecture chez les jeunes. Pour souligner la journée de la femme, une murale sera également réalisée par une artiste, en collaboration avec le CALACS.

Pour en savoir plus : sherbrooke.ca/graffitis

De gauche à droite – à l’avant, Mme Nathalie Fortin, agente professionnelle en loisirs, Mme Chantal L’Espérance, conseillère municipale et présidente du comité tags et graffitis et Mme Guylaine Perron, capitaine de la Division de la sécurité des milieux du SPS. À l’arrière, M. Pierre Marcoux, directeur de l’organisme Le Pont, M. Vincent Arnold, artiste et M. Boris Biberdzic, artiste.

Aucun commentaire
Partager
Share on FacebookTweet about this on Twitter

Laissez un commentaire

La Ville se garde le droit de modérer les commentaires. Un délai de 24 h est requis avant l’affichage du commentaire.